Harmonium de KÔJI FUKADA

Synopsis : Dans une discrète banlieue japonaise, Toshio (Kanji Furutachi) et sa femme Akié (Mariko Tsutsui) mènent une vie en apparence paisible avec leur fille, Taiga (Takahi). Un matin, un ancien ami de Toshio,  Yasaka (Tadanobu Asano) se présente à son atelier, après une décennie en prison. A la surprise d’Akié, Toshio lui offre emploi et logis. Peu à peu, ce dernier s’immisce dans la vie familiale, apprend l’harmonium à la fillette, et se rapproche doucement d’Akié.

Notre avis : Un thriller psychologique au-delà du bien et du mal. Le réalisateur excelle dans l’incarnation du malheur de cette femme de foi protestante brisée, tour à tour retenue, passionnée et délirante, prise dans l’étau de la culpabilité.

Poster un commentaire

Classé dans Cinema

Tempête de Sable de Elite Zexer

Synopsis : Les festivités battent leur plein dans un petit village bédouin en Israël, à la frontière de la Jordanie : Suleiman (H.Omari), déjà marié à Jalila (R. Blal), épouse sa deuxième femme. Alors que Jalila tente de ravaler l’humiliation, elle découvre que leur fille aînée, Layla (L. Ammar), a une relation avec un jeune homme de l’université où elle étudie. Un amour interdit qui pourrait jeter l’opprobre sur toute la famille et contre lequel elle va se battre. Mais Layla est prête à bouleverser les traditions ancestrales qui régissent le village, et à mettre à l’épreuve les convictions de chacun.

Notre avis : Vie normale dans une communauté bédouine. Au début du film nous pensons que le père est moderne, il autorise sa fille à conduire sa voiture et que la mère est traditionnelle. Mais il ne faut pas se fier aux apparences. L’homme prend des décisions pour ne pas déroger aux codes virils de ce petit monde. Il n’arrête pas de dire qu’il n’a pas le choix, que c’est l’unique possibilité. Les femmes ont plus de pouvoir qu’on ne le croit mais le poids des traditions est très important. Nous avons adoré.

Poster un commentaire

Classé dans Cinema

Jackie de P. Larrain

Synopsis : 22 Novembre 1963 : John F. Kennedy, 35ème président des États-Unis, vient d’être assassiné à Dallas. Confrontée à la violence de son deuil, sa veuve, Jacqueline Bouvier Kennedy, First Lady admirée pour son élégance et sa culture, tente d’en surmonter le traumatisme, décidée à mettre en lumière l’héritage politique du président et à célébrer l’homme qu’il fut.

Notre avis : Après le biopic de Neruda, voici celui de Jackie Kennedy. Ce n’est pas un réel biopic mais seulement la semaine qui suivi l’attentat de John F. Kennedy. La first lady déchue dès l’attentat. Le réalisateur nous concentre sur cette femme et ce qu’elle a vécue. C’est un extraordinaire portrait d’une femme blessée, torturée par la douleur, engluée dans le désarroi, qui erre en son palais, se gorge de vodka, se bourre de calmants et, en dépit de tout, à aucun moment ne perd pied, gardant sa contenance, son éclat intact. Un film fait pour N. Portman qui incarne à merveille Jackie K. A voir.

 

2 Commentaires

Classé dans Cinema

Voyage à travers le cinéma français de B. Tavernier

Synopsis : Ce travail de citoyen et d’espion, d’explorateur et de peintre, de chroniqueur et d’aventurier qu’ont si bien décrit tant d’auteurs, de Casanova à Gilles Perrault, n’est-ce pas une belle définition du métier de cinéaste que l’on a envie d’appliquer à Renoir, à Becker, au Vigo de l’Atalante, à Duvivier, aussi bien qu’à Truffaut ou Demy. A Max Ophuls et aussi à Bresson. Et à des metteurs en scène moins connus, Grangier, Gréville ou encore Sacha, qui, au détour d’une scène ou d’un film, illuminent une émotion, débusquent des vérités surprenantes. Je voudrais que ce film soit un acte de gratitude envers tous ceux, cinéastes, scénaristes, acteurs et musiciens qui ont surgi dans ma vie. La mémoire réchauffe : ce film, c’est un peu de charbon pour les nuits d’hiver.

Notre avis : Bertrand Tavernier nous présente ses coups de cœur du cinéma français. Cela commence le jour de ses 6 ans, étant dans un sanatorium, il vit son premier film. Il s’arrête avant de devenir lui-même réalisateur. Il nous ressort des pépites du cinéma français avec des explications détaillées. Il est en cours de réaliser une série de 8 x 52mn pour la télévision.

Après 3h15 de projection, Bertrand Tavernier était présent et a répondu à de multiples questions. Sitôt la projection terminée, on n’a qu’une envie : revoir ou découvrir les quatre-vingt- quatorze films que Tavernier a cités…

Poster un commentaire

Classé dans Cinema

La La Land de D. Chazelle

Synopsis : Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia (E. Stone) sert des cafés entre deux auditions. De son côté, Sebastian (R. Gosling), passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance. Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent… Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ?

Notre avis : comédie musicale réalisée par le réalisateur de Whiplash tournée en CinémaScope. Nous retrouvons les comédies de ‘Chantons sous la pluie’ avec les claquettes et aussi ‘Les demoiselles de Rochefort’. Le film commence par un embouteillage quand soudain une fille sort de la voiture et entraine tous les conducteurs à sortir et à danser sur leur voiture. Les photos sont magnifiques avec des jeux de lumières. Tout au long du film, le jazz est présenté comme une musique où chaque musicien peut s’exprimer et a un rôle important dans le groupe. Nous comprenons que les critiques sont partagées mais nous avons adoré et nous le recommandons.

2 Commentaires

Classé dans Cinema

Elle de Paul Verhoeven

Synopsis : Femme d’affaires redoutable et chef d’entreprise respecté d’une entreprise de jeux vidéo, Michèle (I. Huppert) voit sa vie basculer quand un homme masqué s’introduit chez elle et la viole. Alors qu’elle croyait tout contrôler, elle va sombrer dans une sorte de paranoïa. Elle dort avec une arme sous l’oreiller, entend des bruits et surtout se met à soupçonner son entourage et son personnel qu’elle fait espionner. Patrick (L. Lafitte) et Rebecca (V. Efira), ses voisins, disent avoir aperçu son agresseur. Croyant pouvoir tout régler, elle préfère ne pas porter plainte et c’est des semaines plus tard qu’elle révèle ce qu’il lui est arrivé à ses amis (A. Consigny et C. Berkel) et Richard (C. Berling), son ancien compagnon…

 

Notre avis : film interdit au moins de 12 ans. Ce film est sulfureux et met en avant Isabelle Huppert. L’auteur du roman P. Djian dit avoir pensé à elle en écrivant son livre ‘Oh…’ Les autres personnages sont aussi très intéressants : son fils, sa belle-fille, sa mère, son ex, ses amis et ses voisins. 2h10 sans avoir relâché notre attention; un thriller à l’américaine.

 

Poster un commentaire

Classé dans Cinema

L’ile des esclaves de Marivaux

Mise en scène Gerold Schumann au théâtre de Fontainebleau. A la suite d’u naufrage, Iphicrate, noble Athénien, et son esclave Arlequin, Euphrosine et sa suivante Cléanthis, échouent sur une ile. Sur cette ile, se sont établis des esclaves révoltés contre leurs maîtres qui ont édictés une loi : tous les maîtres qui abordent l’île perdent leur liberté afin qu’ils comprennent les maux qu’ils ont fait subir à leurs esclaves. Et leurs domestiques deviennent leurs maîtres.

Mais l’égalité entre les hommes est difficile à installer…

Cette œuvre présentée pour la première fois en 1725 n’a pas perdue une ride. La thématique est intemporelle, les conflits sociaux existent encore aujourd’hui. Cette pièce met en cause l’ordre social. A voir absolument.

Poster un commentaire

Classé dans Théâtre